Hugues Aufray
Né le 18 août 1929 à Neuilly-sur-Seine (France).
Fils d’Henry Auffray et Amielle de Caubios d’Andiran.
Deux frères aînés, Jean-Paul et Francesco, une sœur cadette Pascale, qui, sous le pseudonyme d’Audret, fera une carrière au cinéma.

1941-1945 : Au collège Dominicain de Sorèze (Tarn).
1945-1948 : Au lycée français de Madrid (Espagne), il passe son baccalauréat. Il monte à Paris dans l’intention d’entrer à l’École des Beaux Arts.
1948 : Face aux problèmes financiers, il doit renoncer à ce « rêve » et pour survivre, chante dans les rues puis dans les cabarets du Quartier Latin.
1949 : Affecté au 27e Bataillon de Chasseurs Alpins, à Bourg-Saint-Maurice, puis à Annecy. Libéré caporal-chef de réserve.
1951 : Il épouse Hélène Faure, danseuse, petite-fille du grand écrivain Elie Faure. Ils auront deux filles, Marie et Charlotte.
1952-1958 : Le « Hasard et de la Nécessité » en font un « Troubadour malgré lui ». Il chantera durant plusieurs années sans le réel objectif de « faire carrière ». Son répertoire est alors composé de musiques et de chansons folkloriques. Il sera le précurseur d’une mode, en introduisant les sons et les rythmes latino-américains rue Monsieur le Prince, en jouant avec plusieurs groupes, dont le futur et célèbre Los Incas. Il obtiendra dès cette époque, un véritable succès, attirant dans les cabarets qu’il anime, des personnalités et des stars du monde entier.
1959 : Cédant aux pressions de ses amis, il s’inscrit à un concours amateur, terminera finaliste du concours « Les n°1 de demain », organisé par Europe n°1, remportant un triomphe avec « Le Poinçonneur des lilas », chanson d’un auteur/compositeur alors totalement inconnu et qu’il a découvert : Serge Gainsbourg. Il passe « pro » en signant un contrat pour la compagnie Barclay et enregistre son premier 45 tours, « Y’avait Fanny qui chantait », chanson fétiche des appelés de la guerre d’Algérie.
1961 : Au début de l’automne, il est invité par Maurice Chevalier à chanter à New York au Bal « Avril à Paris », il participera au « Ed. Sullivan Show ». De retour à Paris, il chante « Chez Patachou », à « L’Échelle de Jacob », mais sa décision est prise : il reviendra aux USA. Novembre : il enregistre le fameux « Santiano », puis, décrochant un contrat au « Blue Angel », à New York, il rencontre Peter, Paul And Mary et découvre une fois encore un inconnu… Bob Dylan. Avec le « Folk Song », il trouve sa voie et son véritable style.
1962 : Mars : Le succès de « Santiano » rappelle Hugues en France… Août : Il est découvert par les communautés juives de Casablanca et d’Istanbul où il restera 4 mois. La notoriété s’installe peu à peu.
1963 : Il crée son Skiffle Group, imposant ce style « folk song » qui marquera la génération des années 60. Il enregistre « Je reviens ». Olympia avec Johnny Hallyday. Bob Dylan lui rend visite à Paris. Un grand projet est dans l’air…
1964 : Olympia, co-vedette avec Alain Barrière, Bobino, nombreux galas et tournées en province où « il fait le plein »…
1965 : Lauréat du Prix « Académie Charles Cros ». Grand Prix Eurovision, à Copenhague : Hugues Aufray obtient un vrai succès populaire avec « Dès que le printemps revient »… Avec Jean-Pierre Sabar, et Pierre Delanoë, il réalise son grand projet Aufray chante Dylan, un album d’avant-garde qui remporte un véritable succès.
1966 : Olympia, en vedette : Hugues Aufray, « le tournant de la chanson française ». Au Palais des Sports, invité spécial, avec Harry Belafonte il chante pour Martin Luther King « Les crayons de couleurs » au cours d’un gala au profit de la lutte contre le racisme, gala qui fera date : pour la première fois la chanson se met au service d’une grande cause humanitaire. Yves Montand, Simone Signoret, le Professeur Monod et plus tard le Professeur Ruffié, lui témoignent leur amitié. Son style apporte à la chanson française un renouveau, une fraîcheur romantique, une idéologie d’aventure, imprégnée d’humanisme, une recherche de la vérité au-delà des frontières et de la politique, un désir de justice et de paix.
1967-1969 : Écologiste avant l’heure, il sera le leader d’un courant de pensée et d’une façon de vivre qui s’épanouiront en mai 1968. À l’Élysée, il est l’invité du Général De Gaulle qui souhaite rencontrer ce troubadour à l’esprit contradictoire, à la fois progressiste et conservateur, imprégné de positivisme et de tolérance. Ses chansons entrent dans les écoles maternelles et les manuels d’écoles primaires. Elles font les belles soirées des colonies de vacances, des feux de camp et des campus universitaires. Coluche, Renaud, Duteil, Goldman, Gotainer, Smaïn et bien d’autres encore se souviendront plus tard d’avoir chanté ses chansons dans leur jeunesse et de l’influence qu’elles ont eu dans le choix de leur carrière.
1970/71 : Par souci de liberté artistique, il quitte Barclay et crée son label La Compagnie. Il produit Avec Amour et Hugues Aufray and His Folks.
1972/89 : Il signe chez WEA et enregistrera Garlick puis Nicole, Aquarium, Transatlantic, Hugues et Caravane. À partir de 1983, de nouveau libre de tout contrat il produira Dieu que c’est dur d’être modeste (RKM), puis Tu t’en iras (Ariola). Pendant tout cette période, il donne de nombreux concerts, au profit de causes humanitaires. Soutien au Père Jaouen et aux Enfants de la drogue : « Hasta Luego »… compose « Tendez-lui la main » pour le Comité Français contre la Faim… Organise deux concerts à l’Olympia pour faire connaître aux médias la mucoviscidose… Il sera le premier aux côtés de Renaud dans sa lutte pour l’Éthiopie, avec Chanteurs sans Frontières. Choisi par la revue Pèlerin Magazine, il sera envoyé sur le terrain pour rapporter un témoignage vivant de l’action de l’Association…
1990 : À l’occasion de ses 30 ans de carrière, il réenregistre 16 de ses plus grands succès parmi lesquels, « La Terre est si belle », hymne écologique (écrit et déjà enregistré en 1976) et qui connaît un immense succès (Disque d’Or). On retrouve Hugues dans toutes les grandes émissions de télévision sur les différentes chaînes, où il figure parmi les meilleurs « Audimat de l’année ».
1991 : Entre tournées et concerts, il crée à Flaine (Haute-Savoie) un camp de vacances sous tipis pour enfants : l’Été Indien. Il organise plusieurs courses de chevaux, événements sportifs et monte quelques spectacles équestres, parfois avec son ami Mario Luraschi. Il fait sa première exposition de peinture à la Galerie Guedj, à Lyon en juin 1991, exposition qui rencontre un vrai succès. Une nouvelle expérience… Après 25 ans « d’absence » sur la scène de l’Oympia, le nom d’Hugues Aufray s’inscrit de nouveau en néon rouge au fronton de ce music-hall parisien mythique. Spectacle témoignage… 31 chansons… dans un décor imaginé et dessiné par lui, entouré de 11 musiciens et en compagnie de ses deux petits-enfants, Élie et Émilie.
1992 : Le 19 septembre, il conçoit et réalise un spectacle équestre pour l’École Nationale d’Équitation à l’occasion du Grand Gala Annuel du Cadre Noir de Saumur. Plus de 50 enfants, comédiens et cavaliers, dans le Grand Manège de l’École Nationale… Donné au profit de l’association Pied Bercy, ferme d’accueil pour les chevaux retraités du Cadre Noir, association fondée par J.-P. Cosneau, et dont Hugues Aufray est le Président d’Honneur.
1993 : En mai, sortie de l’album Route 91, un double CD (31 chansons) et une cassette vidéo, témoignage de l’intégralité de son spectacle à l’Olympia 91.
Décembre : sortie de l’album Little Troubadouravec la Chorale des Chérubins de Sarcelles, « des enfants qui sont des anges merveilleux ». Pour la première fois apparaissent sur le marché des produits labellisés « by Hugues Aufray » : guitares folk et country, selles d’équitation, tipis, etc., dans le domaine du divertissement, de la culture et de la pédagogie, toujours pour les enfants.
1994 : Une année placée sous le signe des concerts et tournées, en France, en Europe, dans les pays de l’Est et au Canada. Invité d’honneur au Festival Country de Mirande. Il parraine diverses opérations : « Télévie » (lutte contre la mucoviscidose) en Belgique, « Arc en ciel », avec Sophie Marceau et Nicolas Hulot. À Chamonix, aux côtés du docteur Christine Janin, fondatrice de À chacun son Everest, il participe au premier stage de l’association dont il est le Président d’honneur. Initiateur du concept de La Fête du Cheval, il en est cette année le parrain. Il expose ses peintures à Châteauneuf-du-Pape et à Avignon. Déjà Chevalier des Arts et des Lettres (1985), comme tous les artistes, il est également par contre nommé Chevalier dans l’Ordre du Mérite Agricole… « et çà c’est quelque chose ! » ajoute-t-il. Album Best of (Arcade)… Disque d’Or… une fois encore.
1995 : Pour le 30e anniversaire de la sortie du célèbre album Aufray chante Dylan, il vient de réenregistrer les 12 chansons de ce disque historique, et pour rendre hommage à ce grand poète contemporain qui a marqué plusieurs générations, Hugues a traduit 13 nouveaux titres choisis parmi les plus célèbres chansons de Dylan : « En me penchant sur l’¿uvre de Dylan pour écrire ces textes, j’ai découvert à quel point sa poésie, sa pensée et son humanisme sont d’une brûlante actualité ». L’ »album hommage », 26 chansons, s’appelle Aufray Trans Dylan parce que, comme dit Hugues, « on ne traduit pas Dylan, on le trans… met » (Arcade).
1996 : En mars, pour la première fois de sa carrière au Casino de Paris, Hugues Aufray présente le spectacle  » Aufray Trans Dylan » dans un décor original, qu’il a encore une fois dessiné et conçu. Il part en tournée en France avec ce spectacle.
1997 : En avril, au cours de cette tournée, il présente au parc de Heyzel à Bruxelles, « un spectacle équestre et musical » exceptionnel avec Mario Luraschi et la troupe de Disneyland Paris : « La conquête de l’Ouest ». Il est promu au grade d’Officier des Arts et des Lettres. En juillet, il fait un passage remarqué aux Francofolies de La Rochelle. Il y chante pour la première fois de sa carrière et rend hommage aux Sauveteurs en mer. En octobre, sortie du double album Live et de la vidéo du spectacle du Casino de Paris (Arcade). La mairie de Montauban (Tarn-et-Garonne) inaugure l’École maternelle « Hugues Aufray », la première d’une série. Hugues est parrain du train du Téléthon.
1998 : Inauguration d’une deuxième école maternelle « Hugues Aufray  » à Couffé (Loire-Atlantique).
1999 : En mars : sortie d’un nouvel album de chansons inédites, Chacun sa mer (Wagram Music), où il chante la mer, la paix, le mal de vivre et l’espérance… mélodies aux accents celtiques et hispaniques de ses origines. En juin, inauguration de la troisième école maternelle « Hugues Aufray  » à Grenay (Isère).
2000 : En avril et en novembre : séries de concerts à L’Olympia. En tournée en France. Sortie d’un Best Of de quarante chansons (Wagram).
2001 : Inauguration de deux nouvelles écoles « Hugues Aufray » à Locoal Mendon et Roullours. Nommé Officier dans l’Ordre du Mérite Agricole. Parrain du bateau de Jean-Luc Van den Heede qui part battre le record du tour du monde à l’envers. Sort à cette occasion l’album Aux vents solitaires (Wagram). Concerts en France.
2002 : Participe au spectacle équestre de Mario Luraschi « La Légende du Far West » (Paris-Bercy). En concert en France. Écrit une chanson pour l’album A la vie, à la mort ! de Johnny Hallyday : « Si c’était à refaire ».
2003 : Concerts. Chante en duo avec Johnny à Clermont-Ferrand, au mois de juillet. Invité du Gala de clôture de l’Année de l’Algérie, le 30 décembre 2003, où il interprète « Dans le souffle du vent » ( »Blowing in the Wind ») en duo avec le très célèbre chanteur kabyle Ait Menguelet.
2004 : Au Petit Journal Montaparnasse à Paris, les 23 et 21 janvier. À l’heure où nombre d’artistes sont remerciés par leurs maisons de disques, Hugues Aufray signe un contrat chez Mercury (Universal). Nombreux concerts dont le Festival des Vieilles Charrues le 25 juillet. Préparation d’un nouvel album, Hugues Aufray chante Félix Leclerc (Mercury) qui sort début 2005.
2005 : Publication d’une biographie (1929-1980). 8-17 février : Spectacle au Théâtre du Gymnase à Paris.
Septembre 2005 : sortie de Plus live que jamais (Mercury), premier DVD live de sa carrière et CD enregistrés en février – Concerts à l’Olympia.
2005 : En janvier sort l’album Hugues Aufray chante Félix Leclerc (Mercury). Seul artiste français invité à Ottawa au Gala de clôture du sommet de la Francophonie. Les Québécois le présentent comme le Félix Leclerc français. Du 10 au 20 février : en concert au Théâtre du Gymnase – Paris. D’avril à août en tournée, dont le Paléo Festival de Nyon (Suisse). Nommé le 5 juillet au grade de Commandeur des Arts et des Lettres. Les 8 et 9 septembre en concert à l’Olympia. Le premier DVD de sa carrière Plus live que jamais est publié par Mercury. Fin septembre « Envoyé spécial » lui consacre un reportage sur France 2. Fin d’année, il se consacre à sa tournée et commence à travailler sur un nouvel album.
2006 : Sortie du DVD Route 91, son spectacle à l’Olympia de 1991. Le 10 juin, Michel Drucker lui consacre son émission « Vivement Dimanche », fabuleux hommage à l’homme et à sa carrière ! Ré-édition du best of 40 chansons (Mercury). À l’automne, on le retrouve sur France 3 dans un épisode de « La reine Sylvie » et sur TF1 dans « Sous le Soleil ». Le 10 octobre, au Musée Maillol, le ministre de la Culture lui remet la Cravate de Commandeur des Arts et des Lettres. Tout au long de l’année, concerts en France, Suisse, Tchécoslovaquie…
2007 : 24 mars : Publication du livre La jeunesse n’a pas d’âge – Mes secrets de forme aux Editions Michel Lafon.
Fin mars : Inauguration de la salle de spectacle Hugues Aufray à Saint-Clément de la Place.
Juillet : Enregistre “Tendons-nous la main” l’hymne du 100e anniversaire du mouvement scout.
24 septembre : Sortie officielle de l’album Hugh ! (Mercury).
Réédition des albums historiques Transatlantic, Hugues à Nashville, Caravane, Garlick, Aquarium Nicole (Warner).
11 octobre : sortie de la Biographie (1929/1980) Droit dans mes Santiags aux éditions Carpentier.
19, 20 et 21 octobre : Hugues fait sa rentrée à l’Olympia, puis part en tournée.
2008 : 12 février : Le Prix Zakhor pour la mémoire est remis à Hugues par l’Ambassadeur d’Israël en reconnaissance de la chanson “Petit Simon”.
13 mars : Il chante cette même chanson au Palais des Congrès de Paris devant Shimon Peres en visite officielle à Paris.
30 mai : Concert au Palais des Sports de Paris. Concert dédié à Martin Luther King et Ingrid Betancourt.
Tournée d’été.
Octobre : début de l’enregistrement de l’album New Yorker à New York.
Publication de Les Chevaux vus par Hugues Aufray – Ed. Hugo – Coll. Phare’s.
Novembre-décembre : Tournée “4 guitares autour d’un feu”…
2009 : Année du jubilé. Enregistrement de l’album New Yorker (Mercury).
Sortie de l’album le 26 ocotbre. Tournée à partir du 27 septembre.
Concerts au Grand Rex de Paris les 6 et 7 novembre.